An abundance of Katherine, John Green (2006)

"When it comes to relationships, Colin Singleton’s type is girls named Katherine. And when it comes to girls named Katherine, Colin is always getting dumped. Nineteen times, to be exact. On a road trip miles from home, this anagram-happy, washed-up child prodigy has ten thousand dollars in his pocket, a bloodthirsty feral hog on his trail, and an overweight, Judge Judy–loving best friend riding shotgun—but no Katherines. Colin is on a mission to prove The Theorem of Underlying Katherine Predictability, which he hopes will predict the future of any relationship, avenge Dumpees everywhere, and finally win him the girl. Love, friendship, and a dead Austro-Hungarian archduke add up to surprising and heart-changing conclusions in this ingeniously layered comic novel about reinventing oneself."

J'ai déjà lus plusieurs livres de John Green (articles ici) et j'apprécie globalement ce qu'il écrit. Du coup, forte de cette expérience et influencée par le succès qu'il a actuellement, j'ai voulu découvrir un nouveau texte de lui. Sauf que justement, comme ça marche bien en ce moment, tous les livres de lui sont empruntés à la bibliothèque et ont des listes d'attente derrière. Excepté les livres en VO. Donc comme il s'agit d'un auteur au style accessible, je me suis lancé dans cette lecture en anglais.

Colin est un prodige mais pas un surdoué, c'est-à-dire qu'il apprend vite, mais qu'il n'invente rien, ce qui fait de lui un enfant, puis un ado un peu à part et un peu seul puisqu'il n'a qu'un seul ami, Hassan. Néanmoins, cela ne l'empêche pas d'avoir des petites amis : il en a eu 19 et toutes s'appelaient Katherine et toutes l'ont largué, la 19ème venant juste de le faire. Du coup, en ce début d'été Colin déprime, jusqu'à ce que lui et Hassan décident de partir en voiture de Chicago où ils vivent. Le hasard les arrête dans une petite ville du Tennessee où ils rencontre Lindsey et la tombe de l'archiduc Franz-Ferdinand. Ils décident de rester là puisque la mère de Lindsey leur propose du travail et l'hébergement. Pendant cet été, Colin va tenter de créer une formule scientifique permettant de prévoir la durée d'une relation amoureuse, cela à partir de ses expériences.

J'ai été déçue par ce livre qui m'a ennuyée et par le personnage principal qui m'a agacée. L'histoire n'est pas palpitante, les relations entre les personnages m'ont paru artificielles voire prévisibles et il faut attendre la toute fin pour en savoir plus sur toutes les Katherine, et cela en quelques phrases chacune. Quant à Colin, c'est le côté prodige qui m'a agacé, sans que je puisse définir cela plus précisément... Je n'ai pas eu d'empathie pour lui, c'est tout. Par contre le fait de lire ce livre en anglais ne m'a pas gênée, comme je m'y attendais la lecture est plutôt fluide, je n'ai pas rencontré beaucoup de mots inconnus. Seuls quelques dialogues en argot peuvent éventuellement gêner, mais ça a été. (Par contre, comme Colin fait sans cesse des anagrammes, je serais curieuse de voir comment le traducteur s'en est sorti dans le livre en français.) Donc une lecture dont j'aurais pu me passer...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...