Lanark, Alasdair Gray (1981)

"Lanark, un jeune peintre des années 60-70, est amnésique et erre dans un monde en pleine décomposition. Désespéré, il se suicide et reprend pied dans un univers de science-fiction où il devient thérapeute de dragons et découvre sa véritable identité."

C'est en cherchant des auteurs écossais que j'ai découvert Alasdair Gray et c'est par hasard que mon choix s'est porté sur Lanark : c'est l'un des deux seuls ouvrages qu'il y a de lui à la bibliothèque.

L'histoire commence alors qu'un personnage qui ne connait rien de son passé ni de lui s'installe dans une ville, Unthank, dont il ne sait même pas comment il est arrivé là. Dans un bar où il a l'habitude de s'installer pour écrire il rencontre un groupe de gens avec qui il noue des liens. Dans cette ville, des gens ont des maladies étrange et le narrateur lui-même commence à développer de la "peau de dragon" sur un bras. Alors que la maladie empire, il se retrouve un soir sur une colline, face à un trou dans lequel il doit plonger nu, ce qu'il fait, puis il se réveille dans un étrange hôpital.

Par où commencer ? J'ai trouvé ce livre extrêmement déroutant et je ne sais pas trop quoi en penser... Ce n'est pas que je n'ai pas aimé, mais je ne peux pas non plus dire que c'était une agréable lecture... Le livre commence avec une impression d'être dans un texte de Franz Kakfa, puis, et là j'ai commencé à m'interroger, j'ai eu l'impression de glisser vers de la science-fiction, ce dont je ne m'attendais pas puisque ce livre est classé parmi les romans. Et pour ne rien arranger, ce livre se compose de 4 parties qui se déroulent dans l'ordre 3, 1, 2 et 4. Les parties 1 et 2 sont plus conventionnelles : nous y suivons l'histoire d'un garçon nommé Duncan pendant la Seconde Guerre mondiale et après. En grandissant, il veut devenir artiste peintre, mais il ne se soumet pas aux règles de son école d'art et se lance dans la réalisation d'une gigantesque fresque dans une église. Puis dans la partie 4 nous retrouvons le monde étrange de la partie 1, là où les couloirs n'ont qu'un sens et où il existe des zones sans temps. Bref, un très étrange roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...